jeudi, février 12, 2009

Prénoms : Liste ou pas liste ?

C’est pour le moins « confusant » comme dirait l’autre … il est impossible de savoir si la fameuse liste restrictive des prénoms jadis dressée par un certain Driss Bassri est toujours en vigueur ou pas ? est-ce qu’il y a une autre liste des nom interdit ?, ou encore est ce que le tout est laisse a la discrétion de l’officier de l’Etat civile de votre circonscription couplée avec la générosité de celui qui effectue les modalités d’enregistrement …

Officiellement, « Le prénom choisi par la personne lors de la déclaration de naissance doit présenter un caractère marocain et ne doit être ni un nom de famille, ni un nom composé de plus de deux prénoms, ni un nom de ville, de village ou de tribu, comme il ne doit pas être de nature à porter atteinte aux bonnes moeurs ou à l'ordre public. Il ne doit comporter aucun titre honorifique tel que «moulay » « sidi » ou « lalla ». (service-public.ma) bien évidement, le caractère marocain est laisse a la bonne/mauvaise appréciation de l’officier d’état civil … En cas de discordance de point de vue entre les parents et l’officier sur le degrés de marocanité d’un prénom, on peut s’adresser a une Haute commission qui elle statue de définitivement sur l’acceptation ou pas du prénom. La décision de cette commission est bien évidement révocable devant le tribunal administratif. Chakib Benmoussa s’était même déplacé a l’hémicycle en mai dernier pour réaffirmer tout cela. La législation avait été changée en 2003 disait-il.

Pourtant, nombre de personne se sont vu refuser des prénoms par les officier d’état civil au Maroc et a l’étranger. La problématique se pose quasi-systématiquement pour les prénoms berbères. « Illy », « Tamalout », « Massinissa » et autre « Yougherta » sont juges ainsi pas très Marocain (sic !) ou encore pas musulman (sic deux fois !!). Les doubles prénoms ne sont pas non plus automatiquement acceptés. Pour certains officiers d’état civil, seuls les prénoms composés du genre «Fatima-Ezzehra » ou « Mohamed Amine » seraient ainsi admis. Enfin, beaucoup de prénoms dit modernes « lydia » ou « Sina» requièrent un graissage de pate systématique pour défaut de marocanité.

Souvent, les officiers d’état civils se cachent derrière l’existence de la fameuse « liste Basri » (qui officiellement n’existerait pas et n’aurait même jamais existé). Pourtant, à Bordeaux, le consul local n’est pas tout a fait de cet avis. Puisque pour lui, il existe une liste provisoire Exhaustive des prénoms. Un autre juge a Larache partage cet avis puisqu’il a récemment refusé le prénom « Illy » car il ne figure pas sur la liste …

La problématique des prénoms berbères implique forcement un aspect politique, culturel et religieux certain. L’Etat ne veut pas céder aux revendications culturelles amazighes, et l’histoire des prénoms fait partie du lot. Traiter de la problématique en dehors de cet aspect ne serait pas juste - Même si la majorité des amazigh marocains préfèrent de loin des noms a consonance arabe.

Mais il n’empêche, il s’agit la d’une atteinte grave au respect de l’identité culturelle d’une minorité très majoritaire des marocains. Ce débat s’est intensifie dernièrement chez la communauté marocaine a l’étranger, notamment en Hollande ou Rouaffa sont en grand nombre. Le Maroc aurait même durci sa position récemment a en croire la déclaration d’un responsable marocains rapportée par le quotidien néerlandais Trouw: « Nous interdisons les prénoms berbères parce qu’ils ne sont pas en accord avec l’identité, et parce qu’ils sont une porte ouverte à la prolifération de prénoms dépourvus de sens. » (Article en français ici). Le Maroc aurait, toujours selon l’article envoyé une liste de prénoms interdits a toutes ses chancelleries. Chose que m’a confirmé indirectement le consul local lorsque je me renseignais sur la liste des documents nécessaire pour l’enregistrement d’un nouveau né : « on a reçu des instruction fermes par rapport aux prénoms » m’a-t-il dit.

Même si la procédure de recours existe, elle est tellement compliquée, longue et décourageante, que les gens finissent par laisser tomber et se plier au trax culturo-religieux qui s’efforce à noyer l’identité Amazigh par un l’hégémonie culturelle arabe qui agit sous couvert de la religion.

Donc a moins d’opter pour un prénom commun, arabe et a connotation musulmane, vous risquer de facilement de faire de votre nouveau né la victime très prématuré de la bureaucratie, de l’incompétence, de la corruption, de l’arbitraire et de l’injustice qui regne au Maroc : une belle manière de lui dire « bienvenue dans Tonplusbeaupaysdumonde »

5 commentaires:

Reda a dit…

Hey, j'en déduis que t'attends un bébé? Félicitations!

Anonyme a dit…

De la part de "Citoyen"

Effectivement !

« Donc a moins d’opter pour un prénom commun, arabe et a connotation musulmane, vous risquer facilement de faire de votre nouveau né la victime très prématurée de la bureaucratie, de l’incompétence, de la corruption, de l’arbitraire et de l’injustice qui règnent au Maroc : une belle manière de lui dire « bienvenue dans Tonplusbeaupaysdumonde » !

On choisit pas ses parents,
on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus
les trottoirs de Manille
De Paris ou d'Alger
Pour apprendre à marcher
Etre né quelque part
Etre né quelque part
Pour celui qui est né
C'est toujours un hasard
Nom'inqwando yes qxag iqwahasa {2x}

Y a des oiseaux de basse cour et des oiseaux de passage
Ils savent où sont leur nids, quand ils rentrent de voyage
Ou qu'ils restent chez eux
Ils savent où sont leurs œufs

Etre né quelque part
Etre né quelque part
C'est partir quand on veut,
Revenir quand on part

Est-ce que les gens naissent
Egaux en droits
A l'endroit
Où ils naissent

Nom'inqwando yes qxag iqwahasa

Est-ce que les gens naissent Egaux en droits
A l'endroit
Où ils naissent
Que les gens naissent
Pareils ou pas

On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus les trottoirs de Manille
De Paris ou d'Alger
Pour apprendre à marcher

Je suis né quelque part
Je suis né quelque part
Laissez moi ce repère
Ou je perds la mémoire
Nom'inqwando yes qxag iqwaha.sa
Est-ce que les gens naissent...

Paroles de la chanson « Né quelque part », Maxime Le Forestier, 1987


« L'irrationnel, c'est la raison qui se brouille et se délivre en se niant »
A. CAMUS, Le Mythe de Sisyphe, 1942 .

Citoyen

hmida a dit…

Il faudrait savoir ce que dit le texte sur l'E.C. En principe c'est le seul qui doit prévaloir en la matière, la circulaire Basri pour autant qu'elle existe n'est qu'une circulaire qui n'engage pas les administrés.

Toute transgression du texte sur l'E.C. par l'autorité administrative devrait faire l'objet d'un recours pour excès de pouvoir.

Mais dans les faits, il se peut bien sûr que la réalité soit moins limpide.

une marocaine a dit…

Pour commencer féléicitation s:)
Ensuite perso j'ai prénom auquel je tiens énormément. Dans le cas où il ne figurerait pas dans leur liste. Tant pis, j'inscrirai pas mon enfant au consultat.
Et dire que chaque été ils nous sortent l'benader pour chanter les louanges des MRE et surtout l'argent que ces MRE leur rapportent.
D'ailleurs pousser les gens dans leurs derniers retranchements va à l'encontre de l'intérêt de ceux qui veulent des rentrées de devise. Mais on n'est pas à cette aberation près au plusbeaupaysdumonde

shmissa a dit…

Non seulement c'est une atteinte a la liberete publique et individuelle (oups.. j'oublie c'est e maroc), non seulement c'est une abheration que d'appliquer des regles qui n'oint aucun fondamental legal et obliger les gens a s'u plier simplement parce qu'ils veulent pas se retrouver coinces sans passport ou certificat de naissance pour leur enant.....

Mais c'est scandaleux de laisser entendre aussi explicitement que l'origine Amazigh porte atteinte au caractere marocain. c'ets de koi declancher des emeutes... c'est outrageant et revoltant...

je viens de decouvrir que le prenom que j'aimais bien n'est pas ds la liste.. pourtant il ne pouvait etre plus arabe ni plus musulman.... par contre mon nom de famille est ds la liste... tout comme un bon nombre de noms de familles tres connus au Maroc.