dimanche, décembre 11, 2005

Corruption, nouveau déclassement

Alors que nous battions les tunisien de pleine couture il y a une dizaine d’année, voila que nous nous retrouverons dans le même groupe que le Sénégal. Il ne s’agit malheureusement pas football, mais de corruption. Depuis l’avènement de l’alternance, et puis de la nouvelle ère, nous sommes passé du 45ème rang au 78.

C’est en tout cas ce que révèle un rapport de la sérieuse ONG Transparency International. L’association, les experts et les pouvoirs public, réunis lors d’un séminaire se sont alarmés devant « l’ampleur du phénomène », qui « montre que la corruption dans notre pays touche tous les secteurs. Elle est devenue un phénomène généralisé qui affecte négativement et gravement les différents rouages de l'Etat, de l'économie et de la société».

Pourtant, c’est sous Youssoufi, et puis après sous M6 que le Maroc a eu droit a ses campagnes anticorruption les plus officielles et les plus pompeuses (tele, radio, presse…), pour le résultat que l’on connaît maintenant.

Je pense qu’il existe une réelle volonté politique pour ne rien faire pour éradiquer le fléau. Parce que franchement, ça ne doit pas être très difficile de se mettre une petite centaine de corrompus sous la main, d’en faire de joli exemple, et de mettre une véritable machine en route pour traquer ceux qui continueront après la mise a mort publique de ceux qui se sont fait prendre la main dans le sac. Bien évidemment, il ne faudra pas refaire la compagne d’assainissement à la Bassri ou on jettera en pâture deux malheureux petits flics de la circulation et un commis dans une moquata3a.

6 commentaires:

Jihane a dit…

Sincerment, a ton avis c'est quoi la solution. Je ne dis pas par la qu'il faut laisser faire les gens... mais est ce que a ton avis y a une solution. Meme en Egypte ils sont pire que nous.

Achakar a dit…

Ce qui est étonnant, c'est cette dégringolade aprés 1999: année d'un début de changement politique, social...
d'ailleurs, je pense que personne parmi vous n'a échappé à ce fléau (et on ne fait partie que de la petite corruption)
Dire encore une fois que c la faute des autorités, c'est pas faux. Mais c'est ds les moeurs, (voir mm ds les gênes;))
Et M6, malgré sa volonté, sa stratégie... n'a pas la bagette magique pour tout contrôler.

En plus, il faut se poser la question de combien augmenterait le taux de chômage (11% actuellement déclaré)et les difficultés sociales si l'on arrête la corruption et l'économie du marché noir.

hmida a dit…

pour combattre n'importe quel mal, il faut en cerner d'une part les stigmates (ce qui est visible), les causes qui le provoquent et les moyens par les quels il se propage. pour la corruption, jusqu'à présent, on n'a fait que combattre et de façon très molle et trrès désordonnée, l'aspect visible: en passant devant l'ex-CSJ de petits délinquants. Par ailleurs, l'action de Tranparency elle-même est floue : j'ai eu entre les mains un documen destiné à expliqer ce qu'est la corruption. N'étant pourtzant ni analphabète ni particilièrement borne, ni surtout grand adepte de la corruption - passive soit-elle ou active - je jure que ce document ne m'a apporté aucun éclairage efficient. Ce nest pas sur la base d'un document comme celui-là que je serais convaincu de m'engager dans la lutte menée pae Transparency, qui demeure une ONG élitiste, fermée aux petits cityens. Bien la vraie corruption, la grosse corruption ,celle qui nous place au rang peu envieux de 78 eme mondial, ne concerne pas le petit citoyen lamda, mais les investisseurs étrangers. Mais ces tristes personnages sont les premiers a user et a abuser de la corruption, sous les noms les plus folkloriques allant des "usages locaux" aux "frais d'introduction" en passant par "les dépenses de premier investissment" avant de crier au loup devant la première ONG ou le premier "expert" du FMI. Comme le dit notrecélèvre douanier, le verbe "manger" se conjigue toujours à la première personne quelque que soit la personne qui parle et malheureusement ce n'est pas demain que cela changera.

Sonia a dit…

La corruption, c'est clair, c'est un fleau structurel. Pourquoi on a chute avec l'avenement de M6: aucune idee! Donc mener une campagne "publicitaire" de mise a mort de certains exemples, ca ne sert a rien si cela n'est pas accompagne de reformes plus profondes, qui passent par l'educaion civique a l'ecole, la sensibilisation des profeseurs pour qu'ils ne fassent pas preuve de cynisme devant leurs eleves, a des reformes d'organisations au sein des administrations, des moyens de controle, de repression, l'amelioration de la situation economique, etc, etc...

Maintenant, en reponse a Hmida, pourquoi dire "ce n'est pas demain que cela changera"? Cela m'embete toujours ce cynisme perdant avant meme d'avoir commence! Oui oui je sais, cela parait idealiste, mais au moins avec des espoirs, on a des chances que les choses changent, mais avec le cynisme ambiant, cest perdu d'avance!

Pourquoi on n'a pas d'ambitions, des grandes, de celles qui changent la face du monde? En tous les cas, ici, la face du Maroc? Pourquoi il n'y a personne au Maroc qui est pret a renoncer a un benefice personnel quelconque au nom du respect de son principe? Pourquoi est ce que je passe toujours pour la debile du coin quand je dis que je veux faire la queue, et que je refuse de magouiller pour passer devant tout le monde?

Pourtant je reste persuadee que ces avec des petites actions comme ca, de respect des principes, que chaque individu peut faire beaucoup: toi, moi, lui, elle, eux et eux et tous eux encore...

Et une politique visant a ces comportements, c'est possible et c'est de l'ordre de l'accessible!

Wydadi a dit…

Selon Achakar je cite:"...la corruption est dans nos moeurs voire même dans nos gênes...".
Cette assertion me laisse tout simplement sans voix,comment peut-on s'accomoder d'une telle tare et lui trouver une quelconque légitimité non seulement culturelle("nos moeurs")mais encore génétique("nos gênes").En plus de stigmatiser toute une communauté sans aucune forme de discrimination("nos moeurs")et sans aucune possibilité de rachat("nos gênes),
cette affirmation,de par ce qu'elle dit et ce qu'elle ne dit pas,constitue une abdication à la fatalité et un dédouanement scandaleux des responsables vis à vis de leurs prérogatives.
A mon avis s'il y a corruption ce n'est pas parce que le citoyen la pratique en amont mais bien parce qu'il n'y a pas de gendarme en aval pour la réprimer;"l'occasion fait le larron" dit le dicton et le Maroc est de ce point de vue,le chantre de la foire à l'occasion.A partir du moment où l'impunité est systémique les opportunités fleurissent et il devient inutile ensuite d'essayer de juguler le mal par l'éducation car,l'expérience a montré qu'en matière de corruption la mère des préventions est la répression.
Le parlement,la cour des comptes,l'IGF et j'en passe sont autant d'appareils dont la mission est justement de contrôler,d'investir et le cas échéant de sanctionner or hormis les enfants en bas âge tout le monde sait que ces institutions sont des coquilles vides en puissance qui contraignent le contribuable plus qu'elles ne le servent.C'est pourquoi je trouve scandaleux de blâmer la communauté toute entière en l'affublant d'une tare indélébile,pour s'affranchir de dire la vérité qui géne et d'avoir à mettre le doigt sur la plaie...Quand on veut défendre ses convictions on les défend jusqu'au bout ou alors on s'abstient.

Sonia a dit…

Bravo Wydadi!