mercredi, décembre 07, 2005

Privat, un cas d'ecole buissonnière

La Samir vient enfin d’obtenir le financement pour son plan d’investissement prévu dans le cahier de charge signe il y 10 années, ce qui permettra à la raffinerie de se mettre enfin à niveau.
La Samir restera a mon avis certainement un cas d’école dans la longue liste des privat ratés. Mêmes les ultras libéraux de la Banque Mondiale et du FMI trouveront certainement a redire dans un processus, qui malheureusement a été baise dés le départ. Et pour cause, du triptyque fondamentale : Privatisation, Libéralisation, Régulation, le Maroc m’a retenu, que « vendre ses bijoux de famille pour payer les salaires ».

  1. Comment peut on espérer quelque chose de bon lorsqu’un processus est complètement biaisé : A. Saidi dont le cabinet s’est chargé de l’évaluation de la Samir s’est retrouvé ensuite à la tête du ministère de la privatisation pour définir et établir un cahier de charge qu’il s’est empresse de ne pas respecter lorsqu’il a été nomme à la tête de cette même compagnie.

  2. Que pouvait-on espérer d’une privatisation qui n’a tenu compte que des arguments sonnant et trébuchants des Saoudien, et qui a ignoré complètement le projet industriel présenté par un consortium d’investisseur marocain… Oudghiri n’avait pas encore invente la notion de champion national

  3. Lorsqu’un gouvernement est incapable de faire respecter un cahier de charge dûment signé, il ne faut pas non plus s’attendre à ce que des investisseurs mettent la main a la poche par charité…

Du coup, le consommateur attentera encore longtemps avant de pouvoir avoir du carburant aux normes… et les habitant de Mohammedia n’ont qu’a prendre des cours de nage et de Issawa en même temps. C’était pour la bonne Cause : Nous avons réussi à payer quelques fonctionnaires pour ne rien foutre de leurs journées en 1996.



2 commentaires:

mouwatina a dit…

la samir est non seulement un cas d'ecoles en matiere de privat, mais en terme de (i) risk management pour un pays (unique raffinerie), (ii) environnement (meme sur la plantete mars des raffineries telles que la samir ne sont plus tolerees)(iii) concurrence (vi) qualité du produit (v) citoyenneté.......(vi) je n'ose meme pas parler de tous les inities qui se sont fait pas mal d'argent.
la kata totale,
je propose qu'on le ssoupoudre de plume et qu'en la renvoit dans son desert d'arabie !!!!

mouwatina a dit…

corral est sponsor officiel des integrales de l'invetissement au meme titre que CSFB. finalement, a nos fonctionnaires, il suffit parfois de payer qq dejeuner copieux pour faire oublie des experiences ameres.